Un fonctionnement efficace génère des profits

J. Hundahl

J. Hundahl A/S, concessionnaire de New Holland, est basé respectivement à Skive et Thisted, et occupe 56 employés.

15 véhicules de service viennent en aide aux clients en leur apportant des solutions « sur le terrain », tandis que 34 personnes réparties dans deux ateliers assurent l’entretien des machines agricoles, des tracteurs, des moissonneuses-batteuses, des grandes presses à balles, des engins de chantier, des systèmes hydrauliques, des machines industrielles et des machines pour les parcs et jardins.

Dans le cadre de l’expansion et de la modernisation des activités à Skive, J. Hundahl a investi dans un pont à 2 fûts intégré au sol, pour son nouvel atelier de 850 m2.

«Ce pont intégré au sol est une preuve évidente de la modernité de notre atelier. Nous avons de nombreuses activités différentes comportant les réparations, la préparation et le réglage de machines. Avant d’être équipé d’un pont, nous devions surélever les véhicules sur des plots et le travail était effectué allongé sur une planche à roulettes. Avec ce pont l’ergonomie est à son niveau le plus élevé et il est souvent difficile de pouvoir y travailler, tant il est occupé.

Nous utilisons principalement le pont pour les tracteurs, mais comme il est très adaptable, il est également utilisé pour des travaux d’entretien, par exemple pour les remorques à 3 essieux, les épandeurs de lisier et pour l’inspection de nos propres véhicules de service. Les freins de l’épandeur de lisier sont beaucoup plus facile à réparer, car il suffit de soulever le véhicule, ce qui facilite l’accès derrière la roue. Il arrive que des fuites soient détectées sur les conduits au-dessus de la boîte à vitesses ou qu’une autre fuite d’huile soit constatée, ce qui signifie que la roue doit être démontée. Dans ce cas, il est également pratique de monter le véhicule sur le pont, à une hauteur de travail parfaite, tout en ayant la possibilité d’éclairer sous différents angles.

Le pont intégré au sol offre des conditions de travail optimales pour le mécanicien, pratiquement pas de levage, et d’une manière qui prend moins de place sous le véhicule.

Il peut être difficile de chiffrer à quel moment le pont devient rentable, mais il est incontestable que c’est le cas. Il a un effet positif sur l’efficacité et les absences pour cause de maladie. Cela nous aide à réaliser un fonctionnement efficace en continu, ce qui assure une activité d’entretien bénéficiaire»

Henrik Larsen, chef d’atelier